thé matcha

Découverte du Thé Vert Matcha

On le sait, le berceau du thé, c’est la Chine… De là, on peut parcourir l’Histoire pour comprendre comment le thé a voyagé, au Japon, en Corée, en Inde ou même en Afrique !

Alors aujourd’hui, on se penche sur le Japon et les origines du thé vert matcha. 🙂

Le Japon est le premier pays a avoir connu le thé après la Chine ! Certaines anecdotes t’apporteront un regard neuf sur le thé au pays du soleil levant mais pas seulement.

  • Comment buvait-on le thé il y a 1500 ans en Chine ? (Oui, il y a bien un lien avec le matcha)
  • D’où vient le Matcha ?
  • Pourquoi le thé est-il autant chargé de spiritualité dans les pays d’Asie ?

Les origines du matcha : le bouddhisme

Nous sommes au VII siècle, en l’an 608 lorsque les relations culturelles entre le Japon et la Chine débutent.

Le Japon est alors fortement sous influence Chinoise (l’inverse est beaucoup moins vrai !),

Des délégations chargées de recueillir un maximum de savoirs et de vivres parmi les Chinois vont amener le Japon à adopter leurs idéogrammes, le confucianisme ou encore le bouddhisme.

Nous sommes au VIII siècle sous la dynastie Tang, considérée comme les débuts de la culture du thé en Chine, lorsque les Japonais ramènent pour la première fois du thé au Japon.

«Arrêtons-nous là un instant…»

Le bouddhisme est intrinsèquement lié à la culture du thé car il est considéré comme un support de méditation,

un excitant/relaxant (toute l’ambiguïté du thé encore aujourd’hui, entre théine et théanine) autorisé dans l’enceinte des monastères pour aider les moines à lutter contre la fatigue lors de longues heures de méditations.

Le thé et le bouddhisme

Le thé sert également d’offrande au bouddha et ainsi, la culture du thé se répand à l’intérieur même des monastères…

À noter qu’il sert tout autant de tissu social pour les moines à une époque où le vin de riz est extrêmement répandu alors que les préceptes du Bouddha leur interdit la consommation d’alcool.

Le vin de riz a de multiples usages, réceptions, fêtes, etc. à l’intérieur même des monastères, ce qui vous en conviendrez, pose un soucis de cohérence…

le thé trouve donc rapidement sa place dans ce contexte et permet de se conformer aux protocoles sans pour autant s’alcooliser, toasts et célébrations, dégustations, discussions entre amateurs, blog de voyage…

«On est bon, on peut reprendre !»

Ce sont donc bien des moines bouddhistes envoyés en Chine pour s’y former qui ramènent des graines de théiers, pour les faire pousser dans l’enceinte de leurs monastères au Japon. 🙂  

Dans un premier temps, le bouddhisme est réservé à une certaine élite et les classes moyennes n’auront pas accès au thé.

Prenant également racine dans les divers échanges culturels entre la Chine et le Japon vers la fin du XII siècle,

c’est le développement de l’école et de la pensée Zen dans tout le Japon par Myoan Eisai qui va infuser toutes les strates de la population Japonaise. Le thé devient alors une boisson beaucoup plus répandue !

Le Zen et le thé
Les occidentaux connaissent ce genre d’illustrations, typiquement Zen. Nous passerons du temps un autre jour sur la filiation entre Zen, thé japonais et cérémonie du thé. 🙂

Suite de l’Histoire du Matcha : Il était une fois en Chine

Entre la fin de la dynastie Tang et le début de la dynastie Song (907 – 960), la consommation de thé évolue dans les mœurs.

Jusque là, le thé était consommé en faisant bouillir les feuilles qui étaient préalablement écrasées. 

À partir de la dynastie Song, le thé de tribut (offert à la cour impériale) de cette époque prenait la forme d’une galette de thé sur lequel était gravée la forme générique d’un dragon et d’un phénix (du nom long tuan feng bing, ou « disque du dragon, galette du phénix »).

Cette forme de galette de thé, qui n’est pas sans rappeler aujourd’hui les galettes de thé pu-erh, se répand au-delà des thés de tributs pour devenir une norme.

De-là naît une nouvelle façon de consommer le thé, le Dian Cha.

origines du matcha

«Nous voilà aux origines du matcha!»

On fait chauffer la galette de thé pour en récupérer les feuilles consommées sous forme de poudre en les broyant dans un mortier.

Il est appelé Mo cha, qui évoluera en Matcha au Japon. Le mortier est encore aujourd’hui la façon traditionnelle de fabriquer du Matcha.

On dépose le thé dans un bol, dans lequel on verse de l’eau chaude. Il faut ensuite battre le thé avec un fouet, le chazhou… qui évolue en chasen au Japon.

En Chine, cette façon de consommer le thé semble avoir co-existé assez longtemps avec la tradition précédente.

Pourquoi a t-elle disparue de Chine ? Pourquoi le thé en poudre n’est-il associé qu’au Japon aujourd’hui ?

… et le thé en poudre disparaît de Chine !

À cause de l’invasion de la Chine par les mongols.

Tandis qu’au Japon le thé en poudre importé de Chine perdure jusqu’à nos jours et donne naissance à la cérémonie du thé japonaise (et aux kit-kat goût Matcha),

la population Chinoise, sous le règne de l’envahisseur Kubilai Khan, oublie quelque peu le formalisme en vogue sous la dynastie Song pour une approche plus naturaliste que l’on connait bien aujourd’hui, l’infusion.

Le thé est loin d’avoir toujours été consommé en infusion !

À la fin du règne de Kubilai, le fondateur de la dynastie Ming, l’empereur Hongwu, remplace en 1391 le thé de tribut sous forme de galette par un thé de tribut en feuilles.

Il sonne ainsi le glas du Dian Cha qui était en réalité déjà largement « passé de mode » au sein du peuple.

Sa production perdurera par exemple aux frontières du pays (dans le Sichuan) pour entretenir les relations de la Chine avec le Tibet (certains monastères au Tibet sont attachés aux anciennes traditions), mais de façon marginale.

Mais toi et moi savons que le thé en galette ou en brique va revenir des siècles plus tard, n’est-ce pas ? 😉 C’est l’histoire du pu-erh, et c’est une autre histoire ! Désormais, tu connais les origines du matcha !


La tendance du matcha

Faison un clin d’œil rapide à tout un pan d’Asie du Sud-est, région dans laquelle le thé vert matcha est déjà très populaire depuis un moment, en atteste l’image qui suit…

kit kat matcha

D’aventure il pourra t’arriver de goûter certains produits « goût matcha » comme le Kit Kat, un produit qui n’est peut-être pas très accessible à des non-initiés… 

Ce sont là de grandes enseignes qui se mettent au diapason des goûts de leur marché cible qui connaissent déjà depuis de nombreuses années le matcha, et ce n’est probablement pas près de débarquer en France.

C’est assez spécial, peut-être préféreras-tu les sauterelles? 🙂

Le thé vert matcha, un super-aliment ?

Le thé vert matcha est une boisson très ancienne et très ancrée dans la culture Japonaise.

C’était un art de vivre avant de devenir un Kit Kat et il existe encore aujourd’hui des maître du thé qui vouent leur vie entière à la préparation du thé matcha : Le matcha est utilisé dans la cérémonie du thé Japonaise. Lui et lui seul !

Comme la tendance est à l’agriculture biologique, faire de plus en plus attention à ce qu’on mange (c’est très bien!) et aux aliments appelés super-aliments,

le thé vert matcha bénéficie aujourd’hui d’une exposition sans précédent sur la Toile comme le secret de la longévité Japonaise !

Accessible dans des coffee shop (Starbucks popularise le Green Tea Latte) et d’ici peu, sans doute en hypermarché.

tendance thé vert matcha
Non non, le matcha n’intéresse personne !

Le matcha mérite effectivement toute notre attention, une boisson au goût inimitable, aux nombreuses vertus et chargée d’Histoire et de spiritualité. Qu’est-ce donc vraiment … ?


Le thé vert Matcha, c’est quoi ?

Du Japonais 抹茶 qui signifie grossièrement thé en poudre, le matcha est effectivement… du thé en poudre !

Du thé vert Japonais traditionnellement broyé dans une meule en Pierre qui nous donne une poudre très délicate, sensible à la lumière comme à la chaleur.

Le matcha provient d’un thé ombré, c’est-à-dire que les plantations ont été recouvertes pour être protégées des rayons du soleil et développés des arômes plus fins, plus de chlorophylle (responsable du vert éclatant de cette poudre), plus de théanine

on reconnait effectivement plus de bienfaits nutritionnelles d’un thé matcha de qualité qu’un thé ordinaire grâce au process de fabrication.

Le thé matcha a développé toute sa popularité en Occident sur ses qualités nutritionnelles plutôt que son goût atypique. 🙂

On doit évidemment beaucoup à la fascination des occidentaux pour les « secrets » et « remèdes » asiatiques.

thé vert matcha

Son goût est qualifié de Umami, la dernière saveur reconnue après le sucré, le salé, l’amer et l’acide.

Typique des thés verts japonais en général, le goût Umami est difficilement descriptible tant qu’on en a pas fait l’expérience !

Souvent d’abord perçu comme un arrière-goût de poisson… ou bien d’algues. Mais le thé vert japonais (dont le matcha) est tout simplement incontournable !

Au fait, thé en poudre très fine oblige : Le thé vert matcha ne s’infuse pas, il se boit directement après avoir été mélangé à de l’eau chaude !


Les bienfaits du matcha

Parce qu’il se consomme directement et ne s’infuse pas, voilà qui fait toute la différence… pourquoi ? Faisons le point sur les bienfaits de la consommation du matcha. 🙂

  • Beaucoup plus riche en théanine, elle vient contrebalancer les effets de la théine (excitante) et apporter cette sensation de relaxation et d’apaisement caractéristique du thé en général.

Pour le thé matcha, la concentration plus élevée en théanine est un véritable atout !

Cette dernière a de réel effets bénéfiques sur le cerveau, stimule l’apaisement, la créativité, la concentration et une foule de bénéfices dont il n’est pas possible d’en faire une liste exhaustive.

Toutefois, rappelle toi des moines qui se servent du thé comme support de méditation… tu tiens le principal responsable : la théanine.

  • Les thés verts japonais, donc le matcha, sont naturellement plus riche en nutriments que la majorité des thés toutes origines confondues, de par le procédé dit de « torréfaction » traditionnel des thés du Japon.

Le thé est torréfié à la vapeur et non au wok comme en Chine (attention à la véracité de ces informations dans le cas des thés industriels),

ce qui leur confère d’une part une couleur verte bien plus riche, les « trois verts » : le vert éclatant du thé avant l’infusion, après l’infusion et celui de la liqueur elle-même.

D’autres part, cette torréfaction vapeur conserve significativement mieux les nutriments, vitamines et minéraux, du thé vert au Japon.

  • Pour finir, quitte à amplifier davantage les bienfaits précédemment évoqués, tu constateras que le thé vert matcha est une véritable exception dans le paysage et la culture du thé aujourd’hui dans le monde puisqu’il se « mange »…

Ce n’est pas une infusion contrairement à la façon de consommer du thé de nos jours, on le mélange directement dans de l’eau pour le consommer !

De ce fait, le thé vert matcha devient un véritable… et bien, pourquoi ne pas parler de super-aliment ?

Pour aller plus loin sur les bienfaits du thé vert matcha et du thé en général, je te recommande notre dossier sur les bienfaits du thé.

Je vais à présent te parler des accessoires. 🙂 Pour chacun d’entre eux, je te propose une référence si tu souhaites t’équiper pour la préparation du thé matcha.


Les accessoires pour la préparation du thé vert matcha

Le fouet matcha ou chasen

fouet matcha chasen

Si on commence par le plus évident, on peut parler du fouet traditionnel en bambou appelé Chasen.

Celui-ci sert à mélanger ta poudre matcha dans l’eau chaude selon un mouvement du poignet (parfois de l’avant-bras) très précis, tu connais le goût des Japonais pour les rituels !

Le bol à matcha ou chawan

Ce mélange a lieu dans n’importe quel récipient, un bol peut faire l’affaire.

Mais évidemment, il y a aussi un bol prévu pour la préparation du thé vert matcha : le matchawan (ou simplement chawan).

Un bol aux parois verticales et à fond plat qui facilite le mélange lors de l’utilisation du chasen, il faut faire mousser le thé ce qui peut prendre parfois jusqu’à 5min !

Bien entendu, le bol que je te propose est assez cher, une belle pièce directement en provenance de Kyoto… je souhaitais vraiment te la montrer ! Tu trouveras évidemment d’autre Chawan, moins coûteux. 🙂

Idéalement, ton matcha ne doit contenir aucun grumeaux (la poudre est tellement fine que de l’électricité statique se produit et forme des grumeaux…) et la mousse doit apparaître sous forme de fines bulles.

La cuillère à matcha ou chashaku

Pour servir la bonne quantité de thé vert matcha et toujours dans un esprit de tradition, il existe une cuillère à matcha en bambou appelé Chashaku

On parle généralement d’une dose pour une personne. 🙂

Le support à fouet matcha ou naoshi

Souvent oublié mais pourtant indispensable pour les puristes : le Naoshi.

Il s’agit d’un porte-fouet à matcha destiné à lui permettre de garder sa forme particulièrement délicate.

La réussite de ta préparation tiens aussi bien du savoir-faire que des outils ! Ton fouet va s’abîmer avec le temps si tu n’utilises pas de Naoshi pour lui faire conserver sa forme.

La boite à thé matcha ou natsume

Enfin, notons les boites à matcha appelées Natsume, traditionnellement en bois laqué. 🙂


La préparation du matcha

Comme nous connaissons l’adage…

une image vaut mieux que mille mots

Je te propose une vidéo pour mieux comprendre comment préparer ton matcha.

Tu pourras toutefois revenir plus tard, une fois que tu auras tes accessoires et du matcha, pour visionner la vidéo et le faire pas à pas !

Sache également que même si je te propose de le réaliser avec les accessoires traditionnels, tu peux tout aussi bien le réaliser plus rapidement et selon tes goûts, nous y reviendrons dans un instant. 🙂

  1. Utilise ton chashaku (cuillère doseuse en bambou) pour prendre une dose de matcha à verser dans ton bol, à défaut tu peux utiliser une cuillère à café rase.
  2. Remplis à moitié ton bol d’eau (filtrée ou en bouteille, évites les eaux avec un profil minéral tel que Volvic, trop fort de goût) à environ 70°C. Si tu ne prêtes pas attention à la température, sache toutefois qu’il faut éviter de brûler les thés verts japonais, très sensible à la température de l’eau, qu’on infuse généralement entre 60 et 75°C. Plus tu te rapproche du point d’ébullition, plus le thé développe de l’amertume et moins de finesse. Prends au moins soin d’éviter l’eau bouillante !
  3. Utilise ton fouet à matcha chasen pour mélanger le matcha pendant plusieurs minutes avec un mouvement de la main en forme de Z et non circulaire (oui, c’est un coup de main à prendre!). Ton objectif est de faire mousser le matcha !
  4. Tu peux déguster ! 🙂

Pour aller plus loin, les doses recommandées sont aux alentours de 3 grammes de thé matcha pour 15cl d’eau.

Comme évoqué plus haut, le but est aussi et surtout de se faire plaisir ! Utilise le dosage qui te convient, cela n’a que peu d’importance au fond.


Les différents types de thé vert Matcha

On distingue déjà le thé matcha pour cuisiner du thé matcha utilisé en cérémonie.

Il existe des écarts de qualité assez important entre les différents types et grades de matcha comme il en existe pour tous les produits à toutes les échelles de production !

Il faut faire une distinction entre le thé vert en poudre et le thé matcha.

thé vert en poudre matcha
Du thé vert réduit en poudre à gauche, du matcha à droite

Le thé Matcha subit un process de fabrication particulier,

c’est un thé ombré traditionnellement broyé très lentement dans une meule en pierre, 40 grammes de Matcha environ pour une heure de labeur.

Ce process lent évite de « brûler » le thé et conserve la finesse des arômes et ses nutriments.

Un thé matcha utilisé pour la cérémonie est particulièrement précieux.

fabriqué à partir des feuilles de thé les plus jeunes, ils vont jusqu’à retirer les tiges et les veines de la feuille, servi exclusivement avec de l’eau chaude de la façon la plus épurée possible.

Le matcha utilisé en cuisine ne bénéficie pas d’autant de soins bien que toujours fabriqué à partir de jeunes pousses, les deux ont donc un profil d’arômes et de saveurs assez différents.

En cuisine, on utilise le matcha pour tout ce qui te passe par la tête : des glaces, des gâteaux, des cookies ou simplement même pour cuisiner des plats.

glace matcha

Attention à ne pas confondre le grade avec la qualité du matcha !

Si on parle toujours d’un vrai thé matcha (voir plus haut), tous les grades de matcha sont d’excellentes qualités mais chacun d’eux à un usage qui lui est propre.

A noter qu’il existe deux types de matcha utilisé en cérémonie, le Koicha Matcha et l’Usucha Matcha.

Ces deux grades ont des qualités différentes, le koicha est plus épaix et visceux, comme du chocolat fondu ou du miel par exemple, tandis que l’Usucha est plus léger et amer.

usucha koicha
L’usucha à gauche et le koicha à droite, ils n’ont pas non plus le même aspect 🙂

Où acheter du matcha et ses accessoires ?

Je recommande volontiers Yunomi pour acheter du thé matcha, tu y découvriras de nombreux thés du Japon, dont de nombreux matcha de diverses plantations… oui, sur Yunomi, tu vas acheter du thé directement au Japon !

Il s’agit d’une grande marketplace sur internet, à l’initiative de Ian Chun avec qui j’ai pu discuter personnellement, destinée à nous mettre directement en relation avec des coopératives et petites plantations, « farm-to-table ». 🙂

Pour les accessoires, j’ai déjà eu le plaisir de te proposer diverses références, je te suggère d’y aller les yeux fermés.

Les plus motivés voudront sans aucun doute posséder l’ensemble des accessoires… ne t’embête donc pas à les commander tous séparément, profites d’un ensemble complet ! 😉

A noter qu’il manquera tout de même un Natsume, je t’ai proposé une référence un peu plus haut pour venir compléter ce pack.

Et toi, ça te tente de déguster ton matcha comme au Japon traditionnel, avec tous les bienfaits et l’Histoire qui y sont associé ? 🙂

N’hésites pas à partager autour de toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *